C'EST UN VOLCAN QUI A DETRUIT SODOM ET GOMORRHE

« L'amour cause ainsi de véritables soulèvements géologiques de la pensée. Dans celle de M. de Charlus qui, il y a quelques jours, ressemblait à une plaine si uniforme qu'au plus loin il n'aurait pu apercevoir une idée au ras du sol, s'étaient brusquement dressées, dures comme la pierre, un massif de montagnes, mais de montagnes aussi sculptées que si quelque statuaire au lieu d'emporter le marbre l'avait ciselé sur place et où se tordaient, en groupes géants et titaniques, la Fureur, la Jalousie, la Curiosité, l'Envie, la Haine, la Souffrance, l'Orgueil, l'Épouvante et l'Amour. »

 

enfin…. être fixée…

Je suis peu présente ces temps -ci… préoccupée et occupée avec mes histoires de succession de mon père…

Le rendez-vous que je redoutais chez le notaire a enfin eu lieu… et j’ai pris les choses à bras le corps… j’y suis allée, seule et forte….

Et j’ai eu bien raison…..

Mon ex belle-mère a refusé de me saluer…. peu importe….

Puis elle a tenté encore et encore de minimiser mon existence, ma présence, l’amour que mon père et moi pouvions avoir…. bref, j’étais l’accident de parcours et je n’avais qu’une importance due au hasard….

Le notaire a su remettre les choses en place, parce que le « pousse-toi de là que je m’y mette » est insupportable..

Le notaire a souligné les écrits pleins d’amour de mon père… les photos qu’elle m’a remises lors du rendez-vous… et la volonté de mon père de ne pas m’oublier puisqu’il le connaissait.

Elle n’a été mariée avec lui que ces six dernières années et cela ne lui donne pas le droit de m’éliminer purement et simplement.

Elle n’a aucune idée ce que je j’ai pu vivre et à quel point l’absence de mon père… ou sa présence ont pu conditionner ce que je suis.. ce que je ne suis pas devenue… mes souffrances et mes certitudes.

Bref, je ne suis pas lésée dans la succession, bien au contraire… et franchement, je suis ravie de savoir à quelle sauce je suis mangée.

 

Fini de faire des plans sur la comète… je sais enfin ou je vais….

Je vais pouvoir donner à ma vie les moyens de la réaliser comme je le souhaite et lui donner la direction que je veux.

 

Merci Guy

 

17200913_1077999432305014_127605848276344402_n

 

Dans : Non classé
Par unvolcanadetruitsodometgomorrhe
Le 10 mars 2017
A 14 h 00 min
Commentaires : 0
 
 

Hubert… mets moi la tête à l’envers

J’ai retrouvé Hubert jeudi soir et nous avons passé la soirée tous les deux..

Je le trouve très charmant… de plus en plus… il me met vraiment à l’aise. Il est avenant, sympa, un peu cash et franchement j’ai apprécié le fait de me sentir à l’aise avec lui.

J’ai découvert des aspects que j’aime vraiment, comme le fait qu’il est pompier, responsable d’un centre de secours… sans doute là le coté je suis à l’aise avec tout le monde et t’écoute…

L’autre con était là… et franchement j’en avais rien à foutre… toujours avec sa vieille peau qui m’a déclenché une crise de fou rire quand elle parle…. une voix rauque et grave à l’extrème…. Hub se penche vers moi et me dit « je suis ton père »….. c’était ça….

C ‘est comme si Barry White parlait dans le corps d’une vieille moche…. pour dire OUI C’EST BON… ou OUI CA RENTRE BIEN….

Il avait l’air de se faire chier……

Peut être va-t-il enfin comprendre qu’il n’a rien à faire là…. que chaque fois tout le monde se foutra de sa gueule…

C’était l’hilarité chez mes potes…. qui ont tout dit « il a perdu au change…. »….

 

Bref, j’en arrive à le trouver ridicule….. c’est terminé, je ne l’aime plus….

 

IL est resté sur la table de massage ou je venais de me faire masser par Hub… face à la porte du salon ou nous étions en train de nous amuser… il avait donc loisir de tout entendre……

Sur le coup, j’ai eu envie d’en faire des tonnes… et puis finalement….. Hub était tellement agréable, cool, tendre et puis fort et puissant… que j’ai pas eu besoin de simuler et d’en rajouter……

 

Je me disais au fond de moi… mais que peut-il trouver à rester là derrière la porte… à entendre…. malsain… excitant….

Et même s’il n’en avait rien à foutre.. ce serait malsain….. en tous cas, moi je ne resterai pas l’écouter baiser avec une autre…..

 

Bref…… c’est bien ce qu’il fait…. désacralisation totale du personnage qui au final est petit, moche…. minable ….

 

Hub me dit « ton ex, c’est le mec du couple âgé qui était là ? « …. je n’ai pas osé lui dire qu’en fait il était plus jeune que moi…..

Mais je ne suis pas la seule à avoir remarqué qu’avec elle il avait l’air d’un vieux….. Anne me l’a dit aussi…..

J’ai l’air d’avoir 20 ans de moins que lui…..

 

 

J’ai souffert….. aujourd’hui je jubile……

 

Du coup….je me suis trouvé un « régulier » de plus…. que je reverrai avec plaisir….. échange de numéros et on va se revoir…. j’avais adoré repartir l’autre fois de notre après midi en chantant dans la voiture…. alors que j’étais effondrée…. cette fois encore je me suis sentie bien…..

 

Dans : Non classé
Par unvolcanadetruitsodometgomorrhe
Le 25 février 2017
A 23 h 43 min
Commentaires : 0
 
 

On efface tout….

Il y a deux jours, j’avais rendez vous avec mon Homme Soleil qui avait hâte de me voir…

Soirée super sympa avec quelqu’un qui est simple, mais sincère et vrai.

Je m’amuse toujours autant avec lui et cela m’a fait beaucoup de bien.

En ce qui concerne l’autre tâche…. j’ai fais encore un pas dans le sens de l’oubli….

Je l’ai mis à la corbeille….. et j’ai vidé cette corbeille…. qu’il disparaisse à tout jamais…

 

vider-corbeille-window7

Dans : Non classé
Par unvolcanadetruitsodometgomorrhe
Le 19 février 2017
A 20 h 58 min
Commentaires : 0
 
 

De vraies sensations

A chaque fois que revient un peu le soleil… et ce fut le cas ce matin, nous avons eu une vraie mâtinée de printemps, ou j’ai un peu lézardé au soleil, j’ai de nouveau une folle envie d’éveil des sens et de la vie.

L’expérience passée m’a ouvert les yeux sur une chose, l’envie de vraie, de sincérité et de naturel.

Je n’ai pas été bien, bien avec moi-même durant cette année et demi de relation, parce que ce n’était pas MOI.

J’ai réussi à briser le lien avec cet homme, et je n’ai aucune envie d’un retour en arrière.

J’ai essayé quelque chose de différent, avec quelqu’un que je pensais être différent… mais non….

En fait, je me rend compte que ces gens qui ont tout pour être heureux, situation, famille, pas de gros ennuis…. au final puent la misère…

J’ai peut être moins…. ou peu… mais qu’est ce que je me sens vivante à coté de ces gens là…

Ce type était sombre, puant de tous les cotés, et ce qu’il m’a montré de lui ces dernières semaines est tellement laid, que je n’ai aucune envie de quelqu’un comme lui autour de moi.

Je me suis souvent posé la question de savoir si dans ses relations avec les autres, et dansune relation avec un homme il fallait être « authentique »… c’est à dire que l’on se montre comme on est…. la réponse est clairement oui.

J’ai accepté des choses, j’ai passé outre d’autres…. mais ce n’était pas moi…. et c’est pour ça que je n’ai pas été bien durant cette année et demi.

Rien à voir avec les sensations vécues avec lui, avec les petits expériences sexuelles multiples et ludiques.. ça c’était cool…

Mais je me suis retenue, j’ai essayé d’avoir l’air de quelqu’un comme lui….

Me suis perdue là dedans…

Je reste comme je suis….. un mustang parfois sauvage, parfois exubérant…. mais je reste moi.

Et si j’ai envie de dire à quelqu’un que je l’aime…. ou que je le hais… et d’exprimer ce que je ressens… je le ferai.

Si je tombe à nouveau sur quelqu’un fermé…. qui bloque toutes les portes, qui ferme tous les accès… je saurai qu’il faut fuir…. ça n’en vaut pas la peine.

Au final, il a plus que moi à masquer…. et lui ce qu’il cache c’est sa laideur intérieure.

Dans : Non classé
Par unvolcanadetruitsodometgomorrhe
Le 16 février 2017
A 14 h 06 min
Commentaires :1
 
 

le sens de la vie

16508705_1853946371549168_7158002459687690868_n

Dans : Non classé
Par unvolcanadetruitsodometgomorrhe
Le
A 13 h 55 min
Commentaires : 0
 
 

Ce qu’il me reste de candeur

Ce midi, pendant que je me promenais dans le bois avec mes chiens, le soleil était là, traçant des rayons à travers les arbres et les branches jusqu’au sol.

Certains endroits étaient encore gelés, et il n’y avait personne.

Ceci donnait à cette forêt une apparence étrange, de calme, de minéralité, c’était à la fois beau et effrayant.

Ce calme laisse place aux pensées et il est facile dans ces moments de s’évader et de partir loin.

J’aime ces moments…. l’inverse du volcan… le calme dans ma tempête.

15726721_1017364941701797_1139163274175304212_n 15747495_1017366711701620_3851194890380480327_n 15781688_1017365771701714_931877233873790994_n

Et je me disais ce matin dans cette atmosphère glacée que les gens qui  m’entouraient parfois manquaient de cette candeur qui me fait défaut pour apprécier quelqu’un.

Nous sommes tous devenus calculateurs, profiteurs….

Personne ne prends soin de personne…. et les choses sont compliquées dans les relations homme-femme.

Chacun se protège tellement, chacun a le souhait de tout laisser inaccessible pour profiter sans donner, avoir le plaisir sans la souffrance et prendre sans rien donner.

Je serai vigilante à l’avenir de ne plus me laisser approcher par ce genre de personne…. et garder ce qui me reste de candeur.

Ouvrir les portes, laisser entrer le soleil, et ouvrir les bras aux autres… sans rien attendre, c’est la meilleure façon de ne pas être déçue.

Faire de cette chaleur et cette affection quelque chose de désintéressé, naturel et une forme de philosophie de vie.

J’ai trop retenu trop longtemps, j’ai tout confiné dans le noir….. et quand j’ai souhaité en sortir, on m’a remis la tête dedans….

C’est fini…. je ne dois plus avoir de doute sur ce que je suis, et sur la valeur que je peux avoir….  en tous cas me sentir assez puissante et sage pour ne plus avoir à accepter ce qui me rabaisse, ce qui me fait douter.

 

Je ne suivrai rien d’inférieur.

Dans : Non classé
Par unvolcanadetruitsodometgomorrhe
Le 10 février 2017
A 15 h 08 min
Commentaires :1
 
 

Humour ? ben non en fait…..

16473588_1354295817924125_8624688600258309419_n

Dans : Non classé
Par unvolcanadetruitsodometgomorrhe
Le
A 8 h 37 min
Commentaires : 0
 
 

C’est marqué dessus…

J’ai attendu d’avoir mon âge pour me faire tatouer…

J’en mourrais d’envie depuis des années, depuis que j’ai 15 ou 20 ans.. mais je ne regrette pas au final d’avoir attendu.

Aujourd’hui, mes tatouages sont le parcours de ma vie, l’histoire de mon corps, de mon âme…. et j’aime que parfois personne ne comprenne.

Il y a quelques mois, j’ai cherché une idée de tatouage qui pourrait me coller à la peau…. pour raconter une histoire…. et le conte de Grimm « Le prince Grenouille » est devenu une évidence.

Je me suis donc fait tatouer le batracien dans le dos…

13529206_872086732896286_4421680980184887205_n

Ce Prince Grenouille est à la fois moi… capable du pire et du meilleur…. et j’ai besoin d’être aimée pour être moi-même…

C’est aussi une forme d’hommage à tous les « crapauds » que j’ai pu embrasser.

 

Quelques mois plus tard… j’ai complété l’histoire, avec un autre tatouage sur la poitrine et le haut de l’épaule… pour continuer à illustrer le conte…

14522942_932030966901862_4364175363071606872_n

J’ai choisi un colibri pour me rappeler les antilles… la chaleur… et la légèreté des sentiments.

J’aime être embrassée, et embrasser …. c’est pour moi le summum de l’érotisme le baiser…. on peut y faire passer tellement de choses…

Souvent, on embrasse quelqu’un… ça ne colle pas…. ça ne va pas…. et on sait que ça ne marchera pas…. le contact est désagréable…

C’est extrêmement intime un baiser… cela peut apporter tellement de désir et d’émotions.

On peut demander pardon, dire je t’aime…. faire exploser le désir, allumer le feu, le rendre brulant ou le laisser couver ….

Ce sont des subtilités sur lesquelles ont peut jouer toutes les musiques….

 

Mon troisième tatouage, en cours, pas encore en couleur me recouvre la jambe.

Je reste dans la nature et j’ai apporté une touche végétale cette fois, pas d’animal…

C’est une branche de liseron qui me courre sur la jambe du pieds jusqu’au dessus du genoux.

Le liseron est une mauvaise herbe… comme moi…. qui est capable de prendre énormément de place et qui s’enroule autour de tout….

Mais quand on le regarde bien, le liseron, il est d’un incroyable raffinement… les feuilles sont fines, oblongues et découpées en forme de cœur… la fleur ne vit que peu de jours, mais elle est belle, et porte un magnifique calice en son centre…

C’est une fleur des champs, sans prétention aucune… mais belle et délicate, légère et tendre dans ses couleurs….

Tout en restant une mauvaise herbe….

IMG_0506[1]

Dans : Non classé
Par unvolcanadetruitsodometgomorrhe
Le 9 février 2017
A 15 h 01 min
Commentaires : 0
 
 

Vous aimez les chiens (partie 1)

13694991_10153788451702607_615422031_n

Vous aimez les chiens ?

Au départ cela sonne comme une vieille blague de drague toute pourrie.

Vous dites à quelqu’un : « Vous aimez les chiens ? ».. et vous voici cataloguée vieille fille énamourée, arriérée et désocialisée.

Cela me fait aussi penser à cette phrase dans le film de Bridget Jones « je finirai vieille fille, je mourrai seule dévorée par des bergers allemand ».

Et pourtant, oui… j’aime les chiens, au point d’y avoir consacré ma vie, ou une grande partie de ma vie.

Ce n’est pas ma faute, je comprends mieux les chiens que les humains.

Je les trouve au final bien plus intéressants, bien plus sensibles et émotionnels… comme moi.

Et je pense que je finirai ma vie seule, je mourrai seule et je serai dévorée par mes chiens Après tout, en voyant les choses de manière pragmatique, c’est une autre inclusion dans la chaîne alimentaire.

Je m’appelle Emmanuelle, je suis présidente d’une des milliers d’associations de protection animale qui existent en France, notre rôle consistant à récupérer, sauver, soigner et faire adopter les animaux que nous récupérons.

Parce qu’à la grande surprise des gens parfois, il n’y a pas que la SPA.. il y a un maillage national de tas de petites associations comme la nôtre qui font un travail fantastique et dont personne n’a jamais entendu parler.

La misère n’intéresse personne, et la misère d’un chat ou d’un chien n’est pas assez sensationnelle pour faire le buzz…. d’autant que c’est un puit sans fond dont chacun d’entre nous est quelque part responsable.

Une histoire fait la une de temps en temps… une très triste, qui se termine bien.. ça nous colle la larmichette cinq minutes et ça nous donne bonne conscience et foi en l’homme.

Il est plus commode de fermer les yeux, de mettre la tête dans le sable ou d’ignorer le problème.

La majeure partie de ces associations est dirigée par des « mèmères à chats », vieille filles desséchées détestant toute l’humanité au profit des greffiers, détestant la vie, et les enfants…. une horreur les enfants, victimes des allergies, des griffures, des morsures et cause de ces nombreux abandons… petites créatures puantes et bruyantes qui chassent, dans leurs esprits, le chien ou le chat de la maison et prend toute la place dans le cœur du maître.

Une autre partie de ces associations est dirigée par des « mal dans leur peau »… des gens en mal de reconnaissance et d’amour… qui œuvrent pour eux-mêmes, pour être reconnus et considérés. Des êtres en mal d’égo qui deviennent généralement assez rapidement vindicatifs, controversés et assez puants.

Il y a aussi les « bonnes volontés empoisonnées »… c’est à dire les pasionaria de la cause animale, pleines d’énergie, pleines de grandes théories, qui bataillent sur tous les fronts, véganisme, anti-corrida, anti-fourrure… tout ceci part d’un bon sentiment, mais souvent cette catégorie de personne porte des œillères et fait rarement preuve d’une intelligence débordante. Ce qui la rend agaçante, peu crédible dans ses excès, et elle est souvent la « mouche du coche ». J’ai toujours quand je pense à ces personnes l’image du fan de Britney Spears qui, au moment ou la star allait mal, avait enregistré une vidéo… ou il hurlait, fou de douleur et de compassion « Leave Britney Alone »… c’est caricatural, et cela ne rend service à personne.

J’entre dans une autre catégorie… celle des émotionnelles…

Je suis orpheline, pas de parents, pas d’amour primaire dans ma vie essentiel et constructif.

J’ai dû me construire moi-même un équilibre affectif et sentimental, bien bancal, déraisonnable, décalé, éperdu aussi parfois.

Cet équilibre affectif, cette quête d’amour, donner et recevoir, chaleur et protection, je l’ai trouvé dans la niche d’un chien.

Une chienne de ferme, plus exactement.

Elle s’appelait TOSCA.

Je devais avoir moins de 3 ans, et TOSCA était la chienne de la ferme d’en face.

J’avais été recueillie par mes grands-parents qui possédaient un Montagne des Pyrénées qui dormait sous mon berceau… ne laissant personne m’approcher. Ce chien savait-il que j’étais « abandonnée » et s’est-il approprié le rôle parental de surveillance et de défense de ma toute petite personne ?

Dès que j’ai commencé à cavaler…. il y a eu TOSCA…

On me cherchait ? Il fallait chercher au fond de la niche de la chienne. J’y étais à coup sûr… toute petite, sale, mal fagotée et puant le chien de ferme…

J’ai le souvenir d’une chienne noire et blanche, à poils longs, aucune idée de sa taille, mais dans sa niche je me sentais bien.. il faisait chaud et j’étais à l’abri.

Dès que j’ai parlé, c’était TOSCA MON AMOUR….

C’est mon tout premier souvenir d’enfance, de sensation et de tendresse.

Durant tout le reste de ma vie, il y a eu des chiens à mes côtés.

C’est comme si j’avais ce besoin viscéral d’avoir une âme à coté de moi. Comme si j’étais incomplète sans cette présence canine.

Rien à voir avec une présence humaine, ou masculine, c’est autre chose, cela résonne bien plus loin.

Une présence chaleureuse, rassurante, quelque chose sur lequel j’aime venir m’appuyer et me reposer.

Avec les années est venu aussi un sentiment maternel pour ces animaux.

J’ai toujours eu un tel amour pour les chiens, me moquant de leur odeur, de leur aspect, de leur âge, rien ne m’a dégoûtée., et plus ils sont moches, malheureux, éclopés et plus je les aime.

Je me sens rassurée par leur présence, mais aussi utile et valorisée s’ils ont besoin de moi, sacerdoce et dévotion ? Peut être… rendre ce que j’ai eu, aller chercher ce que je n’ai pas eu  ?

Je leur accorde aussi tellement de qualités, d’importance relationnelle et sensitive que je me dois de réparer et de faire comprendre à quel point les gens ne les comprennent pas et ne les estiment pas à leur juste valeur.

Un chien c’est viscéral pour moi… un père ou une mère, un enfant, un ange gardien, une épaule, une raison de me battre, une raison comme une autre d’exister.

Ce n’est pas politique, intellectuel ou sociétal… c’est dans mon subconscient, dans mon animalité à moi, dans ma construction personnelle ancrée depuis ma naissance.

Je dis souvent que je suis comme Tarzan avec les singes…. Mowgli avec Baguerra…..

Je n’ai jamais considéré le chien comme quelque chose d’utile… je n’ai jamais « dressé » mes chiens, à peine sont-ils éduqués…. ils ne savent rien faire de particulier, et je m’en fiche.

Ils sont mon cœur, pour une grande part, mon âme et mes amis et compagnons.

Quand j’ai été plus grande, l’âge de l’école…. Mes mercredi et samedi étaient consacrés au animaux.

Quand je ne jouais pas avec des chevaux de plastique, que je n’allais pas promener les chiens de mes amis… je faisais un truc stupide et qui a causé bien des soucis à ma famille.

J’avais installé un « refuge pour animaux » dans le garage de la maison de banlieue parisienne… et j’allais dérober les chiens, et les chats des voisins dans leurs jardins… pour les soigner, m’en occuper et jouer à leur trouver de bonnes familles, chaque voisin revenant le soir chercher son animal acompagné des excuses de ma famille.

Parfois je me demande si je ne « jouais pas ma vie »… avec au fond de moi un profond désir que l’on vienne me chercher, que l’on me soigne et que l’on m’aime.

Je n’étais pas heureuse, et je ne l’ai quasiment jamais été avec des humains… je préférais les chiens.

Avec eux, je n’étais pas « moins que rien »… l’enfant adultérin dont personne ne voulait et qui était là par la faute du destin.

Avec l’animal, j’avais ma place… et j’avais de l’importance.

Je pouvais donner quelque chose… et recevoir quelque chose.

Je ne parle pas du réconfort, de l’odeur des poils d’un chat ou d’un chien, de la chaleur et du sentiment qui me rassure à chaque instant.

Je suis incapable de dormir dans un chien, un chat dans mon lit.

Bien souvent… je dors avec toute une tribu…

Certains diront, ça n’est pas propre, pas hygiénique… mais je m’en fiche…. j’en ai besoin et l’inconfort d’une odeur un peu tenace, des poils sur le drap est bien peu de chose à coté de la sérénité apportée.
Chaque soir, je suis la petite fille qui va se cacher dans la niche…. j’ai besoin de TOSCA MON AMOUR

 

 

Dans : Non classé
Par unvolcanadetruitsodometgomorrhe
Le 3 février 2017
A 16 h 17 min
Commentaires : 0
 
 

Il faut parfois regarder ailleurs…

Ce matin je me sens bien.

J’ai passé une merveilleuse soirée, même si elle aurait pu être gâchée par la présence de l’autre con avec sa vieille peau… moche… et puis une voix horrible, rauque et grave… cette nana n’a décidément rien pour elle…

Il est là quand j’arrive… même si je me sens mal à l’aise et que j’ai envie de repartir, je reste …. je sais que je peux affronter et je n’ai pas réellement mal.

 

J’avais décidé de me faire une vraie soirée détente, jacuzzi, sauna et massage, car comme j’ai décidé, je prends soin de moi… et je profite de chaque moment de positivisme que je peux prendre.

Pendant que je suis au bar, un homme rentre dans la boite, pas très grand, un physique un peu particulier, une gueule comme j’aime. Il a un regard magnifique et super intense…

Un peu plus tard dans le jacuzzi, il s’approche pendant que je profite des bulles… et sa main vient se poser sur mes côtes, mêlant une douce caresse à celle de l’air.

Il me demande si cela me dérange… je ne réponds pas, mais je m’approche de mon coté un peu plus.

Il est très doux, très tendre, sa caresse est incroyablement agréable.

Je me laisse porter…. pour une fois…. et je baisse la garde.

C’est facile cette fois, agréable et très enivrant.

On ne s’embrasse pas … il me caresse je ne dis rien et je profite pleinement du moment.

Mon esprit se déconnecte et j’oublie… j’oublie mon stress, mon angoisse et mon envie de foutre le camps durant ces quelques minutes.

L’instant me plait, énormément. On est bien, dans l’eau, il est tendre et ses mains sont habiles.. très habiles… très très habiles..

Je me retourne et l’embrasse, enfin, c’est très agréable, et le courant passe super bien.

Il s’appelle Christophe, ses yeux sont vraiment particuliers, verts très clairs, son nez est droit, son profil un peu grec… je le trouve très séduisant, il a beaucoup de charme.

Il me propose un massage… et nous montons.

J’ai adoré…. un vrai massage de pro… j’oublie un peu plus…. Nous rigolons beaucoup… il est drôle et gentil.

C’est léger, tendre et encore cette fois je suis surprise de ne ressentir aucune pression, de ma part comme de la sienne…. c’est une sensation que j’avais un peu oublié.

Avec l’autre, il y avait tout le temps cette part de « contrôle » et de réserve ou je n’arrivait pas tout le temps à me détendre et à m’abandonner totalement, une sorte de nœud que j’avais au ventre…

photo_la_plume_blanche__39928_zoom

Là, comme avec Hub, ce n’est pas le cas… Je m’en fiche et ça fait du bien.

Le massage devient plus érotique, c ‘est lent, doux, léger comme une plume et très subtil.

Le salon en face est libre, nous y allons, parce que je suis à deux doigts de me foutre de ce qui se passe autour de moi et d’oublier toute pudeur et le monde autour.

Je ne regrette pas l’heure ou les deux heures… je ne sais plus… qui ont suivi…. !!!

Tout était là…. justement et intelligemment dosé…. entre douceur absolue, sensualité et intensité.

Un fantastique amant….  comme je n’en avait pas eu depuis un moment.

J’ai totalement décroché, disponible seulement pour lui et pour le plaisir échangé.

 

Nous retournons nous détendre dans la balnéo, ou se trouve l’autre chacal… mais je m’en fiche à ce moment là… totalement… j’ai MIEUX…

Je l’entend dans le vestiaire, le rat, plaisanter sur des choses qui en fait étaient NOUS….  pitoyable…

Lorsqu’il sort du jacuzzi, il me regarde, dans les bras de Christophe… c ‘est une seconde et demi d’échange de regard….

Je pourrais le prendre par défi… mais ce n’était même pas le cas… lui lancer un regard comme un gros FUCK.

Mais je suis trop bien dans les bras de Christophe… je m’en fiche… totalement.

 

Quelque part, l’abandon dont j’ai pu faire preuve hier soir, avec un autre, l’intensité du plaisir que j’ai pu avoir, prouve que je peux lâcher prise avec d’autres… qu’il n’était qu’un pas sur le chemin de l’émotion retrouvée.

Je peux… j’y arrive… et j’apprécie de plus en plus…

C’est assez curieux comme les hommes avec qui j’ai pu m’amuser depuis lui…. au final …. me semblent bien plus faciles d’accès, et à quel point j’arrive à être moi-même.

Au final.. je me suis sans doute totalement trompée…. et je le découvre jour après jour.

 

Juste vivre l’émotion.. et la laisser me traverser… simplement et totalement.

 

Dans : Non classé
Par unvolcanadetruitsodometgomorrhe
Le
A 9 h 28 min
Commentaires : 0
 
12345...17
 
 

Ma pochette pleine de surp... |
Jeuneprof |
Une géante en Nainde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Au Bord De La Ligne...
| Bon aujourdhui, on...?
| Vie d'une Ronde